Comment dire tout ce qui s’inscrit en filigrane dans mon travail depuis plus de 15 ans sans évoquer quelques mots sur mon parcours professionnel. Diplômée de l’École Estienne après des études de reliure, je suis devenue restauratrice de livres à la Bibliothèque nationale de France où j’ai exercé ce métier passionnant pendant plus d’une dizaine d’années.

Il m’a permis d’une part de trouver un support à ma peinture par l’utilisation de matériaux de conservation (papier de ph neutre, colles, pigments…) et d’autre part d’emprunter des techniques de restauration de documents (doublage à structures croisées, différents types de mise en presse, incrustations…) pour construire mon travail de création artistique.

Grâce à ce parcours professionnel, j’ai pu approcher de près le cœur des œuvres patrimoniales et cela a beaucoup influencé ma démarche artistique. Il est évident pour moi de souligner l’importance de la matière et de son respect avec ce souci de pérennité. C’est aussi rendre un bel hommage aux métiers d’art, à ces savoir-faire portés par les artisans (formaire, maître papetier…) qui produisent un travail d’excellente qualité.

Enfin, je construis mon travail grâce à mes voyages entre la Scandinavie et l’Asie, avec cette prise de conscience que bien des mondes sont éphémères.

Très sensible à la Nature, j’aime la représenter par ces lianes de papiers aux frontières invisibles et ces pétales de fleurs.

Ainsi mon travail ressemble à un puzzle où je cherche et réassemble des pièces manquantes en papier tel un « je » parce que c’est mon métier : restauratrice d’histoires.